Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

lundi 19 octobre 2020

Coupe du Monde Slalom - Deux victoires pour le Brésil à Tacen !

Pour cette première coupe du Monde de la saison, comme expliqué dans le dernier article, il n'y avait malheureusement pas beaucoup d'athlètes alignés, c'est le moins que l'on puisse dire... Une situation bien délicate à commenter, que ce soit dans cet article, ou par exemple pour les athlètes et les fédérations. On notera qu'en terme de stratégie de communication, pour ces dernières, certaines d'entre elles ne se sont pas privées d'oublier de mentionner l'absence de la concurrence habituelle...

Dans ce contexte, de très nombreux athlètes ont réussi à saisir l'opportunité pour réaliser leurs meilleurs résultats en carrière lors d'une coupe du Monde. Par souci de concision, parmi ceux-ci, ne seront citées ici que les premières victoires en coupe du Monde dans les catégories olympiques.


Kayak monoplace dame


1re Romane PRIGENT (FRA) 
2e Camille PRIGENT (FRA)
3e Evy LEIBFARTH (USA)
6e Marjorie DELASSUS (FRA)

Les cousines françaises réalisent un beau doublé devant l'américaine ! Après avoir terminée 3e des sélections olympiques françaises, Romane gagne sa première coupe du Monde . 
La championne du Monde en titre Eva TERCELJ, pénalisée de 4 secondes, termine au pied du podium. On pouvait également espérer mieux de la brésilienne Ana SATILA, 9e au championnat du Monde 2019 de La Seu d'Urgell. En passant à côté de la porte 22, elle est passée toute proche d'une victoire !


Kayak monoplace homme


1er Isak OHRSTROM (SWE)
2e Peter KAUZER (SLO)
3e Pedro GONCALVES (BRA)
4e Malo QUEMENEUR (FRA)
8e Simon HENE (FRA)
15e Anatole DELASSUS (FRA)

Dans cette catégorie, c'est le suédois qui a surpris bien des observateurs en remportant sa première victoire en coupe du Monde. Rappelons qu'Isak était déjà en forme début septembre en s'imposant à Liptovský Mikulaš, devant les slovaques. 
Bien que terminant 2e, on peut parler de déception pour Peter, qui était l'ultra favori de cette compétition. Sur l'eau, il ne réalise pas d'erreur notable, mais sa navigation semblait un peu moins étincelante qu'à son habitude. 
Le brésilien Pedro, malgré une énorme touche sur le dernier stop, complète ce podium. 
Une médaille était largement à la portée des français, mais sur ce stade d'eau vive si spécifique ils ne sont pas parvenus à exprimer tout leur talent.
Antoine LAUNAY (7e aux mondiaux 2020) et Pavel EIGEL (9e aux mondiaux 2020) ne parviennent pas à intégrer la finale.


Canoë monoplace homme


1er Luka BOZIC (SLO)
2e Nicolas GESTIN (FRA)
3e Jules BERNARDET (FRA)
8e Alexis BOBON (FRA)

Tout le monde attendait le slovène Benjamin SAVSEK, qui a conservé ses titres de champions d'Europe. Ce dernier était bien parti en finale, mais sa fin de parcours s'est sérieusement gâtée. Attendu, l'était également le vice-champion d'Europe tchèque Lukas ROHAN. Mais après avoir légèrement touché la porte 3, il est ensuite parti à la faute à de nombreuses reprises. 
C'est le dernier des trois grands favoris au départ qui s'est imposé, il s'agit de Luka BOZIC, n°5 mondial ! En terme de navigation, on notera qu'il réalise une sortie bien courte du dernier stop. Celle-ci a semblé, à première vue, rapide : une information à confirmer avec l'analyse vidéo. 
À l'image des kayaks dames, les français ont réussi à saisir l'opportunité en réalisant un joli doublé !


Canoë monoplace dame 


1re Ana SATILA (BRA)
2e Lucie PRIOUX (FRA)
3e Evy LEIBFARTH (USA)
4e Marjorie DELASSUS (FRA)
8e Margaux HENRY (FRA)

La tchèque Gabriela SATKOVA, récente championne d'Europe, était une des favorites, mais elle ne termine qu'à la sixième place. 
Ana efface la déception de la veille, en allant chercher la victoire en canoë monoplace dame ! Pour cette brésilienne championne du monde U23 en titre, il semblerait que ce soit également sa première victoire dans cette catégorie d'embarcation lors d'une coupe du Monde. 
Lucie, 3e du championnat d'Europe, va chercher la médaille d'argent, et montre qu'il faudra compter sur elle les prochaines années, bien que ne terminant pas dans le top 3 des sélections olympiques françaises. 
L'américaine Evy, en terminant 3e, remporte une nouvelle médaille de bronze, après celle du kayak. Elle est décidément bien à son aise chaque année sur ce bassin (3e l'année dernière en C1 et 9e en K1) !


Kayak slalom extrême homme


1er Pedro GONCALVES (BRA)
2e Martin STANOVSKY (KAZ)
3e Tren LONG (USA)
12e Malo QUEMENEUR (FRA)


Kayak slalom extrême dame


1re Alsu MINAZOVA (RUS)
2e Daria KUZNETSOVA (RUS)
3e Ria SRIBAR (USA) 
4e Romane PRIGENT (FRA)
6e Camille PRIGENT (FRA)

Pour le kayak extrême, la rampe de départ se situant sur la berge, le compétiteur positionné le plus en aval semblait être fortement avantagé. Pedro et Alsu n'ont d'ailleurs en finale par quitté cette première place du départ à la ligne d'arrivée.


Bilan :


L'enchaînement de la porte 12 à la 15, dans une zone avec des mouvements d'eaux relativement irréguliers, a fait des dégâts chez les athlètes. De nombreux favoris n'ont pas déjoué tous les différents pièges proposés par ce tracé. 
Le parcours était très court, le meilleur kayak homme termine en 73 secondes. Sur d'autres courses cela peut se rapprocher de la barre des 100 secondes. Il s'agit d'une énorme différence de temps ! Ceci impliquerait dans un monde idéal une préparation différente pour les athlètes, en fonction de la durée de l'effort de la compétition. Chose impossible pour eux, car ils ne savent pas à l'avance à quoi s'attendre... Il serait peut être judicieux que la fédération internationale propose au programme des compétitions internationales une nouvelle épreuve plus courte, en complément de l'épreuve "traditionnelle".

Les français réalisent une jolie coupe du Monde dans les catégories olympiques, avec 5 médailles. Par contre, ils repartent bredouilles en slalom extrême. Avec une seule médaille d'or, la France termine deuxième du tableau général des médailles, derrière le Brésil qui remporte 3 médailles, dont deux en or !
On pouvait espérer mieux des slovènes, qui terminent 3e ex aequo avec les russes au tableau des médailles. Bon nombre d'entre eux n'ont pas concrétisé en finale, bien que connaissant parfaitement ce bassin.
Les tchèques ont déçu en remportant aucune médaille. Leur équipe était incomplète, mais il y avait tout de même des athlètes comme HEGER, ROHAN, SATKOVA ou bien encore VOJTOVA. 

Il est intéressant de remarquer comment certaines nations semblent s'investir d'avantage que d'autres dans la récente discipline du slalom extrême. L'investissement des athlètes qui s'inscrivent systématiquement sur cette épreuve, et qui acquièrent de l'expérience, semble aujourd'hui porter ses fruits sur la concurrence.

On notera qu'aucune nation n'a aligné ses 3 meilleurs bateaux dans chacune des 4 catégories olympiques. Parmi les raisons possibles, on retrouve :
- l'application d'une stratégie fédérale
- les restrictions de déplacement
- les choix des athlètes de ne pas prendre le risque de quitter leurs pays
- une coupe du Monde trop tardive (pas forcément idéale dans le cadre d'une préparation de la saison prochaine)
- des athlètes malades.

Espérons que la deuxième et dernière coupe du Monde de l'année, prévue à Pau début novembre, soit maintenue, et que les étrangers soient plus nombreux au départ !

Les vidéos des finales des catégories olympiques :