Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

dimanche 6 décembre 2020

Le CIO examinera demain le nouveau programme olympique 2024 !

D'après un article publié hier, sur le site internet de la fédération internationale, cette dernière (par l'intermédiaire de son "Board") a validé le nouveau programme du sprint (course en ligne) pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. Cette proposition de programme (avec 10 épreuves au lieu de 12) devrait être examinée demain par la commission exécutive du comité international olympique. La fédération internationale parle également de la perte d'un quota de 12 athlètes. Rappelons que dans cette proposition controversée, les 2 médailles retirées au sprint sont attribuées au canoë slalom extrême en kayak monoplace homme et dame. 

La proposition du nouveau programme pour le sprint en 2024 :

Kayak biplace homme 500 m
Kayak biplace dame 500 m 

Canoë biplace homme 500 m
Canoë biplace dame 500 m

Kayak quadriplace homme 500 m
Kayak quadriplace dame 500 m

Kayak monoplace homme 1000 m
Kayak monoplace dame 500 m

Canoë monoplace homme 1000 m
Canoë monoplace dame 200 m

On remarque notamment que sur ces 10 épreuves proposées :

- 4 sont en canoë et 6 en kayak
- 4 sont en monoplace et 6 en équipage
- les distances sont différentes entre les hommes et les dames en monoplace
- on constate une très sérieuse diminution du nombre d'épreuves sur les distances du 200 et du 1000 m, au profit du 500 m.

Si nous avons bien compris, 5 des 12 épreuves de Rio 2016 sont proposées par la fédération internationale au programme de Paris 2024. 


Voici les résultats des français à Rio dans ces 5 épreuves :

Kayak monoplace dame 500 m - pas de bateau engagé
Kayak biplace dame 500 m - pas de bateau engagé
Kayak monoplace homme 1000 m - CARRE 13e
Canoë monoplace homme 1000 m - BART 9e
Kayak quadriplace dame 500 m - JAMELOT/HOSTENS/LHOTE/TROEL 12e

Avec la disparition notamment du 200 m en kayak (BEAUMONT 2e à Rio et GUYOT 5e), on pourrait penser que cette proposition de nouveau programme ne semble pas, à première vue, avantager l'équipe de France.

Nous avons souhaité recueillir l'avis d'un spécialiste du sprint, voici la réaction du français Guillaume BURGER au sujet de la proposition de programme de la fédération internationale pour Paris 2024 :

"Étant moi-même spécialiste du 500 m et des «bateaux longs » (K2 et K4), il est évident que l’évolution du programme pour Paris 2024 m’avantage. 
Mais suite à la lecture des récentes décisions de l’ICF, je suis sceptique au sujet de l’avenir du CK Sprint.
Une partie de ce sport disparaît du programme olympique et on sent une forme de résignation de la part de nos instances dirigeantes.
Pire, on ne distingue aucune vision à long terme et aucun plan de développement : à peine 12 ans après son apparition, le 200 m va déjà disparaître… De même remplacer le K2 1000 m par du K2 500 m ne va rien apporter de neuf car en dehors des puristes de la CEL, personne ne sera sensible à ce changement. Au moins, on pouvait espérer le choix d’une distance unique (le 500 m) dans un souci de simplification et de lisibilité, mais non, quelques exceptions demeurent…
Dans l’ensemble, je regrette cette forme d’immobilisme alors que, d’un autre côté, les initiatives se multiplient et les forces de la discipline sont évidentes : 

  • Plus d’une centaine de nations la pratique à travers le monde
  • L’impact visuel et l’attrait spectaculaire sont énormes, à condition de disposer de moyens de communication et de production d’images décents
  • De nombreux formats de courses novateurs et dans l’ère du temps voient le jour : Mass Start / Relais / Short race... ce genre d’épreuves ajoute une bonne dose de spectaculaire, de stratégie, d’aléas… Le comparatif avec les « atouts » du slalom extrême est évident, alors pourquoi n’allons-nous pas, nous aussi, dans ce sens ? 

Finalement et même si les dés semblent jetés pour Paris 2024, j’espère que nous saurons nous remettre en question et faire évoluer notre beau sport !"